Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

3 mars 2018 6 03 /03 /mars /2018 11:21

CHARMOY-CITY : 50 ANS AVANT LE ¨PROJET DE REVITALISATION DOUCE, UN PROJET DE RÉNOVATION DURE  - du 03 mars (J+3363 après le vote négatif fondateur)

     Dans nos deux précédents articles, nous rendions compte de la réunion publique du 27 février dernier relative au projet de revitalisation du centre-bourg

CHARMOY-CITY : LA REVITALISATION SANS FARD - du 02 mars 2018

     Mentionnons à ce propos un détail intéressant dont la presse n’a, pour l’heure,  pas rendu compte :

        Dans son discours de présentation ouvrant la soirée, notre premier édile a fait mention d’un ancien projet de rénovation, jamais concrétisé sur le terrain mais représenté sur une maquette d’architecture encore existante et reléguée aujourd’hui dans un grenier. Tout en reprouvant rétrospectivement ce projet de rénovation au bulldozer, il a rendu hommage au petit groupe d’Auxonnais qui avaient contribué à faire capoter le projet. En opposition à la municipalité alors en place, rappelons-le quand même.

       Cette affaire semble tenir à cœur à notre premier magistrat puisque dans Le Bien Public du 18 novembre 2016, dans l’article « AUXONNE CENTRE-BOURG La revitalisation prend forme », notre premier édile déclarait déjà : « Auxonne a frôlé la catastrophe. Nous avons retrouvé, dans un grenier, un projet daté des années soixante qui prévoyait de raser la totalité du centre-ville pour y construire des HLM »

      Vous pourrez voir en image un aperçu du projet dans l'article ci-dessous

À CHARMOY-CITY, COMME AILLEURS, UN CLOU CHASSE L’AUTRE - du 23 novembre 2016

      Il se trouve que votre serviteur, alors dans la fleur de sa jeunesse, participa activement aux côtés de vénérables aînés, au combat contre ce projet qui ne consistait pas à « raser la totalité du centre-ville pour y construire des HLM  », mais, à tout le moins, une bonne moitié !

      L’ayant vécue et longuement étudiée, il connaît l’histoire sur le bout du doigt, ainsi que ses développements plus récents. Alors,  encouragé, une fois n’est pas coutume, par les propos de son maire, il a décidé, dans un souci de partage, d’en faire profiter ses concitoyens.

    Au début de l’année 1958, un Réviseur du Ministère de la Reconstruction et du Logement se rend en mission à Auxonne, 670 immeubles antérieurs à 1870 sont visités.

    Le rapport est catégorique. Parmi ces bâtiments, 250 sont à détruire, 340 sont à remettre en état, 80 peuvent être considérés en bon état.

            La conclusion du rapport, approuvée à l’unanimité lors de la séance du Conseil municipal du 5 février 1958 — le docteur Jean Guichard étant maire — est claire :

            « Compte tenu de cette situation particulièrement critique pour une ville où sévit actuellement la crise du logement, il apparaît nécessaire de mettre sur pied dans les meilleurs délais, un programme de rénovation d’îlots défectueux assorti à l’édification d’une cité de relogement de 50 logements ».

            Le programme de rénovation prend forme, une enquête sociale approfondie est d’abord menée en 1962 dans le périmètre concerné, et l’année suivante — le Docteur Pierre Moreau étant maire — la municipalité signe une convention avec la Société d’Équipement du Département de la Côte d’Or désignée comme organisme rénovateur.

    Dans un article des Dépêches du 5 décembre 1963, le correspondant Jean Hugon présente le projet qui concerne à plus ou moins long terme la démolition de la partie nord du centre-ville, que remplaceront huit îlots d’immeubles neufs : « Le premier ïlot est formé par le quadrilatère rue Vauban, rue Capitaine Landolphe, rue Carnot, rue des Halles ; il comprend 3 bâtiments de chacun un rez-de-chaussée et 3 étages [...] on souhaiterait que se construise très rapidement l’immeuble de 60 logements à la place de l’Arsenal ».

   Les architectes et les technocrates ont signé l’arrêt de mort de l’Arsenal. Elu maire d’Auxonne en 1965, Jean Hugon s’efforcera  de le faire exécuter, mais en vain !

 La suite au prochain numéro !

Dans son image, Claudi, vous fait remonter encore plus loin dans l'Histoire ! On n'arrête pas le progrès !

     

L'urbanisme du progrès assiégeant Charmoy-City

L'urbanisme du progrès assiégeant Charmoy-City

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 03 mars 2018 (J+3363 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Documents

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Documents