Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 07:01

CHARMOY-CITY : « FOIRE D’EN BAS » ET « FOIRE D’EN HAUT » - du 30 octobre 2017 (J+3239 après le vote négatif fondateur)

 

« Salut bois couronnés d’un reste de verdure

Feuillages jaunissants sur le gazon épars

Salut derniers beaux jours, le deuil de la Nature

Convient à ma douleur et plaît à mon regard »     A. de Lamartine

      

    La « foire d’en bas », c’est la Grande Foire traditionnelle du dernier lundi d’octobre qui va se tenir aujourd’hui. Une survivance d’antan qui, avouons-le, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Comme disent les vieux : « Lai fouaire d’aujd’eû, çâ peu lai fouaire du temps ! »

      On la retrouve quand même tous les ans, comme une vieille parente que l’on va visiter. Et à qui l’on dit gentiment qu’elle a encore rajeuni.

          Quand le temps est beau, beaucoup de badauds se bagu’naudent, on revoit plein de têtes connues et si l’on n’a pas grand-chose à se dire, la phrase d’usage s’impose : « Beaucoup de badauds, pas beaucoup d’acheteurs ! »

   Eh ! Oui ! Le passé revient comme les vieilles douleurs avec les brumes d’automne. Comme les chrysanthèmes au cimetière !

      Notre premier édile, moderniste de première bourre, déclarait pourtant, dans son Edito d’Inf’Auxonne N° 55 : « On peut le regretter et pleurer sur le passé, il ne reviendra pas. Nos vingt ans nous ont quittés ! Les marchés aux asperges et aux choux-fleurs sont magnifiques sur les cartes postales du siècle précédent. Qui envisagerait de les retrouver aujourd’hui ? ». Ce qui n’empêche que l’on peut parier que l’on retrouvera bientôt notre moderniste en photo sur la foire entre les marrons chauds et notre député !

CHARMOY-CITY : L’IMAGE DES VIEUX MARCHÉS, UNE PERMANENCE… - du 28 juin 2017

     Une nouveauté pourtant cette année : notre moderniste a fait d’une pierre deux coups. Le 30 octobre il déambulera dans les rues du centre-bourg toujours en voie de revitalisation, entre badauds et camelots de la « foire d’en bas ».

     Et dans le même temps, selon les termes de son arrêté N° 127-2017 du 25 octobre dernier s’ouvrira en avant-première une nouvelle tranche de la  « foire d’en-haut », l’hypermarché choyé de notre maire « discret »

     La diligence avec laquelle notre premier magistrat a répondu à la sollicitation du directeur de l’hypermarché est proprement époustouflante.  Demande du 24 octobre, arrêté du 25 octobre ! Raoul tire plus vite que son ombre. La vitesse de la lumière ! Pour le coup, on ne risque pas de chanter : « Meunier tu dors ! ».

https://www.youtube.com/watch?v=Pc5sKezQi0I

      Dans l’échelle de valeurs (non, grand-père, pas l’échelle de meunier !) de notre édile, les demandes de Monsieur le Directeur méritent sans doute plus d’égards que celles d’une quelconque « responsable de musée » ou d’un quelconque autre citoyen !

CHARMOY-CITY : POUR EN FINIR AVEC LE PSC - du 26 octobre 2017

      En inaugurant aujourd’hui la « foire d’en bas », soyons-en sûrs, notre premier édile aura au cœur (de bourg) une pensée « discrète » pour sa foire préférée, la foire qui monte, la  « foire d’en-haut » !   

L’HYPER-CADEAU DU PÈRE NOËL - du 24 décembre 2016

     Mais au fait, quand on y regarde d’un peu plus près, dans le diligent arrêté, où est passé l’article 3 ? Relisez bien, on passe directement de l’article 2 à  l’article 4 !

     Cet article 3 aurait-il disparu dans la précipitation et le feu de l’action ? Et s’il n’était momentanément plus disponible en rayon ? Du coup, on va être bon pour une nouvelle extension !

     Tout ça, c’est bon pour la revitalisation !

     Pour la revitalisation, à vrai dire, plus que l’article 3, ce serait plutôt l’article 22. 22 comme 22 rue Thiers la boutique éphémère qui n’ouvre guère, au loyer pourtant permanent !

    Aujourd’hui, Claudi va se payer une bonne gratinée au Café du Commerce. Le service y est paraît-il très discret et empressé ! On vous y sert une maîtrise foncière du chef qui n’est pas de la p’tite bière, des préemptions maison, et des arrêtés express comme le café !

    Claudi se régale d’avance et se lèche déjà les babines ! Une bonne gratinée, ça roule et une boulette de hérisson de La Houlette sur le bout du pouce, ça cale !

ALBUM  - Et si on nettoyait la nature ?

Charmoy-City, la nouvelle gratinée de la Foire

Charmoy-City, la nouvelle gratinée de la Foire

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 30 octobre 2017 (J+3239 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Analyses et réflexions

Partager cet article

Repost0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Analyses et réflexions