Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 07:08

PRINCESSE CZARDAS AU CHARMOY - du 5 octobre 2016 (J+2849 après le vote négatif fondateur)

Tout d’abord, quelques lignes extraites du Monde du 3 courant et tirées d’un article sous la plume de Blaise Gauquelin (envoyé spécial à Budapest), intitulé : « Orban affaibli par son référendum anti-migrants La faible participation des électeurs hongrois invalide le scrutin et fragilise le premier ministre face à Bruxelles » :

« […] le référendum organisé en Hongrie dimanche 2 octobre aura finalement affaibli son initiateur. […] Certes, 98,3 % des votants se sont opposés, comme le leur demandait le premier ministre, à la décision contraignante de relocalisation des demandeurs d’asile au sein de l’Union européenne. Mais le scrutin n’est pas valide car seuls 39,9 % des personnes inscrites sur les listes électorales ont jugé nécessaire de s’exprimer. […] Cela n’a pas empêché le chef du gouvernement, en poste depuis 2010, de présenter l’issue du scrutin comme une grande victoire personnelle […] Ce résultat étonnamment médiocre va surprendre dans les chancelleries européennes et viendra relativiser le poids généralement accordé au premier ministre souverainiste dans son pays, alors que la campagne pour le oui était inexistante ».

[Le Monde du 03/10/16 ]

L’essentiel à retenir de cette information – en matière d’arithmétique électorale et en dehors de toute appréciation sur le fond du problème évoqué qui sort des compétences déclarées de notre blog – c’est qu’une majorité, fût-elle écrasante dans les urnes, n’est pas vraiment significative si la participation des électeurs inscrits se révèle trop faible.

Comment ne pas se souvenir à ce propos, toujours dans le registre de l’arithmétique électorale, de la fameuse consultation de 2010 à propos de la zone du Charmoy dont les résultats furent pourtant accueillis triomphalement par le maire d’Auxonne. Ses propos étaient ainsi rapportés dans le procès verbal du 7 juillet 2010 :

« Monsieur le Maire rappelle les résultats de la consultation du 27 juin et remarque que la participation a été supérieure aux élections Européennes et régionales.

Le « OUI » l’a emporté avec un score qu’aucune liste n’a atteint lors des précédents scrutins »

[p. 2 dans 3) INFORMATIONS DE MONSIEUR LE MAIRE]

Rappelons maintenant les chiffres de ce scrutin :

Inscrits : 5061

Suffrages exprimés : 1928 (38,25 % des inscrits)

Nuls : 8

OUI : 1533 (79,5% des suffrages exprimés et 30,3% des inscrits)

NON : 395 (20,5% des suffrages exprimés et 7,8% des inscrits)

Toutes proportions gardées, et d’un point de vue strictement arithmétique, le prétendu succès de la consultation de Monsieur Langlois était donc encore moins caractérisé que celui du référendum du premier ministre Viktor Orban dont la presse européenne souligne pourtant aujourd’hui l’échec.

C’est vrai que dans le cas du premier ministre Viktor Orban, il s’agissait d’un référendum, et que dans ce cas, un quota de 50% de votants s’imposait pour que le référendum fût validé. Ce détail ayant été précisé, notre comparaison – d’un point de vue strictement arithmétique bien sûr – garde sa pertinence.

Rien n’interdit donc de faire remarquer entre les deux scrutins, hormis répétons-le bien, leurs objets très différents, certaines similitudes troublantes. Arithmétiques d’abord, comme nous l’avons déjà fait.

Similitudes encore au plan de l’organisation et du déroulement de la campagne. En effet, dans un cas comme dans l’autre, la campagne aura été totalement bancale. L’article du Monde cité souligne ainsi qu’en Hongrie, « la campagne pour le oui était inexistante ». Précisons qu’à Auxonne, tel était aussi le cas lors de la campagne de juin 2010, mais cette fois pour le non.

Précisons enfin que dans les deux cas, la formulation de la question était ambiguë, sujette à interprétation et qu’elle n’a donc pas toujours été bien comprise par les électeurs généralement mal informés bien que matraqués de slogans.

ALBUM - Impressions de la Consultation de juin 2010

Le Figaro souligne qu’en dépit du résultat mitigé du référendum hongrois : « Le premier ministre Viktor Orban a choisi de ne retenir que l’ampleur du non. « Bruxelles ne pourra pas imposer sa volonté à la Hongrie », a souligné le dirigeant conservateur dans une allocution, soulignant « vouloir faire comprendre à Bruxelles qu’ils ne peuvent pas ignorer la volonté de 99,2% des électeurs » »

Dans le cas de « notre » consultation de 2010, il semble bien que la victoire du oui ait été aussi l’objet, de la part de son bénéficiaire, de commentaires pour le moins exagérés ! Nous en avons vu un échantillon plus haut. Il suffira, pour s’en convaincre définitivement, de consulter les premières pages d’Inf’Auxonne n° 29 de juillet 2010

La première page de ce morceau de bravoure sera d’ailleurs reproduite dans le dossier de demande révisé de Leclerc daté de janvier 2011, où l’on pouvait lire par ailleurs dans les diverses motivations :

« Il ressort en effet de la consultation locale des électeurs, organisée à Auxonne le 27 juin 2010, que près de 80 % des citoyens y sont favorables, en ayant répondu OUI à la question suivante : « Etes-vous favorable OUI ou NON au projet d’implantation d’une zone commerciale sur le site du Charmoy ? ». » ( page 9, titrée « Annexe 1 : renseignements relatifs au demandeur et au projet, Motivation de la demande »)

Cette « Motivation de la demande » est étayée par des arguments généraux et séducteurs, dont certains mériteraient, dans leur apparente évidence, un commentaire approfondi. Nous nous sommes limité à souligner l’inexactitude de celui, selon lequel le projet aurait répondu à la volonté de « près de 80 % des citoyens », car ces 80%, n’étaient en fait que 30,3% des électeurs inscrits !

La réalité du projet décrit dans ce dossier de janvier 2011, lu jusqu’à son terme, devait enfin montrer que de juin 2010 à janvier 2011 l’inventaire alléchant de la zone commerciale grandiose proposée aux électeurs dans la circulaire d’information alambiquée de la mairie aux électeurs (voir notre « ALBUM - Impressions de la Consultation de juin 2010 ») et qui poussait la plaisanterie de mauvais goût jusqu’à annoncer « un supermarché à dominante non alimentaire » s’était considérablement rétréci. Il ne s’agissait plus en fait que de construire un hypermarché E.LECLERC, grande surface à prédominance alimentaire ! Bonjour la tromperie sur l’étiquette, adieu hôtel et adieu développement touristique !

De Budapest au Charmoy, et d’octobre 2016 à juin 2010, notre parallèle hardi en troublera sans doute plus d’un. Il aura peut-être l’avantage de montrer, sur un échantillon très éclectique, les limites de l’usage du plébiscite ou de la démocratie participative employés sans discernement et sans trop de scrupules !

En attendant, Claudi en a profité pour remettre en scène, sur un air de czardas, l’un des cartons de notre fameux feuilleton. À voir et à revoir !

ALBUM - Le Journal du Charmoy

Et pour finir un petit air de valse pour Arlette et Gaston qui valsèrent avec tant d’entrain en ce mois de juin 2010 !

https://www.youtube.com/watch?v=8LjF_OBh9Cw

Valse de Princesse Czardas au Charmoy

Valse de Princesse Czardas au Charmoy

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 5 octobre 2016 (J+2849 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse