Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chantecler-auxonne.com
  • chantecler-auxonne.com
  • : "Je chante clair afin qu'il fasse clair" Edmond Rostand
  • Contact

Profil

  • Claude Speranza, Auxonnais
  • Auxonne, environnement, actualité,  hypermarché, grande distribution, société
  • Auxonne, environnement, actualité, hypermarché, grande distribution, société

Recherche

21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 07:54

LE PÉDAGOGUE N’Y VA PAS DE MAIN MORTE - du 21 MAI 2016 (J+2712 après le vote négatif fondateur)

Un article du Bien Public d’hier 20 mai portait ce titre « AUXONNE POLITIQUE « Notre main reste tendue » » et constituait le pendant d’un article du 19 mai dont nous avons déjà fait la recension

DU SILENCE ET DES OMBRES À CHARMOY-CITY - du 19 MAI 2016

L’affichette du Bien Public annonçant l’article d’hier titrait « AUXONNE Le maire répond à l’opposition ». Dans cette réponse, Raoul Langlois déclare en particulier : « Ce que je regrette, c’est que la position d’une partie de l’opposition est souvent politique, voire politicienne. Notre main reste tendue, tant que c’est pour faire avancer les choses ».

Selon nous, l’article n’apporte par ailleurs aucun élément d’information essentiel sur les dossiers en cours. Rien, en tout cas, en ce qui concerne le bilan emploi du Charmoy et les délégations d’adjoint(e)s. On y notera seulement cette annonce à propos du centre-bourg : « Si tout va bien les travaux de voirie pourraient commencer fin 2017 ». Cette déclaration semble contredire radicalement le calendrier annoncé par le maire dans un article du 19 septembre 2015 en ces termes : « Par exemple, pour le centre-ville, au lieu de 2020, ce sera sans doute plutôt pour 2025-2030 ».

Si, du 19 septembre au 20 mai derniers, les délais des travaux prévus dans le centre ville apparaissent avoir été considérablement révisés, il n’en est rien du cliché représentant notre premier édile, qui d’un article à l’autre, est resté le même! Ce n’est pas juste, l’opposition, elle, ayant eu le privilège d’avoir droit à des photos actualisées, sinon toujours avantageuses !

LE JOUR OÙ LA PLUIE VIENDRA - du 20 SEPTEMBRE 2015

Mais revenons-en à cette « partie de l’opposition » dont la « position […] est souvent politique, voire politicienne ». Cette « partie de l’opposition », quelle est-elle ? Et quelle est d’abord la structure de l’opposition ?

Un petit croquis valant mieux qu’un long discours, nous utiliserons pour la définir une caricature mise en ligne sur le site de campagne « Flamby local » de la majorité, le 10 avril 2014.

Après la victoire de la majorité, la « récré étant terminée », le représentant de la « partie de l’opposition » en question (« Une dynamique pour Auxonne ») s’y voit infliger, sur les genoux d’un « pédagogue », un châtiment corporel. Et le « pédagogue », visiblement, n’y va pas de main morte. Une autre partie de l’opposition (« Auxonne Territoire d’Avenir »), se voit infliger, quant à elle, en la personne de son représentant, la peine infâmante du bonnet d’âne. Pédagogie, éminemment constructive et élaborée de la main tendue !

À signaler que depuis, un membre du groupe « Une dynamique pour Auxonne » ayant fait sécession, l’opposition actuelle compte à présent un troisième groupe monomembre intitulé « L’Alternative Val de Saône ». Ce groupe n’est évidemment pas représenté dans la caricature qui demanderait donc une révision. Une chose est certaine, pour n’être pas nécessairement le chouchou du maître, le troisième élève n’a rien non plus du cancre récalcitrant et du puni impénitent ! Pour lui, ni fessée, ni bonnet d’âne, et plutôt la « main tendue » que la main levée ! Pour lui, comme aujourd’hui « Le ciel est bleu comme une orange » !

Mais descendons d’un ciel serein et revenons-en à la caricature originale, à ce trésor de pédagogie qui mériterait encore un commentaire, un vrai !

Je suis certain, en effet, fidèles lecteurs/trices, qu’en ces temps d’effondrement culturel, vous aspirez à des commentaires plus élaborés que ceux de « Canigula » à propos des articles cités plus haut sur le site du Bien Public. Foutre ! Allez découvrir ça ! Si « Canigula » n’existait pas, il faudrait l’inventer. « Canigula » c’est l’analyse politique à la portée des caniches !

Fidèles lecteurs/trices, vous qui avez faim d’autres nourritures, Claudi a pensé à vous ! Peut-être prendrez vous la patience, tout en admirant la caricature, de lire les vers, certes un peu pompeux et ronflants, du jeune Victor Hugo de 17 ans faisant l’éloge de l’Enseignement mutuel. Ne vous effrayez pas de leur pompe ! Tentez le coup ! Et vous verrez qu’au bout du compte ils finiront par inspirer votre réflexion ! Vous pourrez certainement y glaner quelques bons vers pour votre gouverne, et qui éclaireront votre lanterne !

Quelques remarques préalables : l’ « Enseignement mutuel » c’est celui où, à l’occasion, les élèves petits et grands s’entr’enseignent et dans lequel le savoir ne tombe pas tout cuit et formaté de la chaire d’un maître autoritaire et péremptoire. Un « magister », c’est un maître en latin, au sens autoritaire, de même un « mentor », mais dans un sens beaucoup plus libéral (libéral au sens de liberté !). Quant au « Vieux de la Montagne » c’est le gourou d’une secte bien connue.

Discours sur les avantages de l’Enseignement mutuel (1819) [Extraits]

Enfants, rassurez-vous : mon front n’est point sévère,

Je veux surtout qu’on m’aime et peu qu’on me révère ;

Je n’aurais pas été ce magister jaloux,

Pédant gonflé de morgue et bouffi de courroux,

Qui semble, en ses sermons toujours tristes et graves,

Le Vieux de la Montagne instruisant ses esclaves.

La peur préside seule à ses vaines leçons,

Il gronde sur un mot, punit sur des soupçons,

Et souvent, à mentir vous contraignant d’avance,

Détruit votre candeur et non votre ignorance.

Loin de moi ce vieux fou, despote triomphant,

Qui ne se souvient plus qu’il fut jadis enfant,

Et, foulant sous son joug la jeunesse asservie,

Flétrit d’un souffle impur les roses de la vie !

 

Enfants, vous en riez : mais vos pleurs chaque soir

Par leur trace récente attestent son pouvoir.

Pour moi, j’aurais voulu, troupe aimable et joyeuse,

Vous faire un doux plaisir d’une étude ennuyeuse,

J’aurais, d’un nouvel art empruntant le secours,

Su rendre vos travaux moins tristes et plus courts ;

 

Répondez, mes amis : il doit vous être doux

D’avoir pour seuls mentors des enfants comme vous ;

Leur âge, leur humeur, leurs plaisirs sont les vôtres ;

Et ces vainqueurs d’un jour, demain vaincus par d’autres,

Sont, tour à tour parés de modestes rubans,

Vos égaux dans vos jeux, vos maîtres sur les bancs.

Muets, les yeux fixés sur vos heureux émules,

Vous n’êtes point distraits par la peur des férules ;

Jamais un fouet vengeur, effrayant vos esprits,

Ne vous fait oublier ce qu’ils vous ont appris ;

J’écoute mal un sot qui veut que je le craigne,

Et je sais beaucoup mieux ce qu’un ami m’enseigne.

Le pédagogue à la main tendue

Le pédagogue à la main tendue

C.S. Rédacteur de Chantecler,

Auxonne, le 21 mai 2016 (J+2712 après le vote négatif fondateur)

Publié dans Revue de Presse

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude Speranza, Auxonnais - dans Revue de presse